Hérault : Boujan, nouveau symbole de la culture taurine

1098956_obj6961722-1_667x333

(MIDI LIBRE le 16/12/2014)

Les arènes de Boujan accueilleront une troisième édition de la Feria en 2015 avec un cycle de novilladas en juin.

Gérard Abella avait prévenu qu’il était prêt à céder les arènes pour un nouveau projet taurin sur Boujan pourvu « qu’un promoteur apporte des garanties de sérieux et de fiabilité ». Une nouvelle fois, le maire est resté insensible aux pressions des mouvements anti-taurin mais s’est montré « intransigeant sur le dispositif de sécurité qui reste à faire valider aux autorités ». Il a donné son accord, la semaine dernière, à Michel Bouisseren pour organiser une Feria de novilladas, du 5 au 7 juin 2015. Cet aficionado montpelliérain, qui écume régulièrement les arènes et les campos andalous, va débuter dans l’organisation de spectacles taurins. Après avoir « remercié Gérard Abella pour sa confiance », l’empresa précise avoir « apporté toutes les garanties financières pour assurer que les deux novilladas piquées et la non piquée ne coûtent pas un euro au contribuable, même si le coût du dispositif de sécurité renforcé sera conséquent ».

Les cartels annoncés le 16 janvier

Accompagné par trois Biterrois bien connus dans le mundillo local (Marin Laval, Philippe Combes et Manuel Sauveplane), Michel Bouisseren a conscience du risque en développant ce projet. Boujan, et ses 3 000 habitants, devient un exemple unique en France en organisant trois ferias dans sa temporada et il faudra proposer un programme alléchant pour remplir les arènes et dégager une rentabilité économique. Il faudra également éviter d’éventuels affrontements entre aficionados et des anti-taurin dont la mobilisation est probable après l’organisation de la première corrida en septembre dernier à Boujan.
Si les cartels ne seront annoncés que le 16 janvier prochain, le projet de Michel Bouisseren devrait séduire car les aficionados apprécient les novilladas, où s’affrontent des élevages durs et des toreros en devenir. Ce type de ferias a trouvé son public en Espagne (Arnedo, Algemesi, Guadalajara…) et dans le Sud-Ouest, et seul Carcassonne est revenu à ce format dans le Sud-Est de la France.

« Des novilleros reconnus et deux grandes ganaderias »
Michel Bouisseren

Dans les arènes, l’organisateur promet la présence de « novilleros reconnus, de la cavalerie Bonijol et de deux grandes ganaderias toristes espagnoles, dont un fer qui a marqué l’histoire de la tauromachie et qui fera son retour en France ». S’il refuse d’officialiser les élevages retenus, le bétail de Prieto de la Cal, Partido de Resina ou Barcial peuvent correspondre au profil évoqué.
En amoureux de l’Andalousie, Michel Bouisseren veut également « associer l’esprit andalou biterrois avec des artistes sévillans qui feront le déplacement à Boujan ». Au-delà de la partie taurine, un campo de feria sera construit avec un carré réservé aux partenaires. Le succès de l’espace sera nécessaire pour équilibrer le budget taurin et l’empresa de préciser les contours des festivités : « Nous proposerons des sévillanes, du flamenco, du toreo de salon dirigé par des toreros et même une messe rociera avec Rocio Romera qui sera de la représentation au Rocio cette année ».
Alors que la fumée blanche tarde à sortir pour savoir qui dirigera les arènes de Béziers, Boujan confirme encore qu’elle devient la petite ville qui monte dans le concert des arènes françaises. Reste à voir si les aficionados répondront présents au copieux menu proposé en 2015.

Stephan Guin

Donnez votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s